Gandhi Bürger


Quand le nez gogolien entre dans un bourg aéroportué, il est naturellement happé par la profusion pustullante de magasins de parfumerie. Même lui, le plus fin des nez, lui qui n'est que nez, bien vite se perd dans la nappe lourde et grasse de l'indistinction. C'est que dans cette serre où l'on a tenté de climatiser la plus grande variété de fragrances, même l'odeur de sueur des vendeurs se mêle au maelström balourd. Le bombardement moléculaire sur les récepteurs olfactifs transforme le nez, cette organe de la finesse, en une fournaise digne de l'Elbe enflammée par le bombardement de Dresde. Le nez même commence à fondre. Ne courez pas chez l'allergologue, ce cocktail de molécules gazeuses est une orchestration stratégique, de même que sa science soeur, l'architectonique aéroportuaire. Comme les sorties de l'aéroport Schiphol d'Amsterdam sont dissimulées dans le labyrinthe du mall, les gustothèques de l'art contemporain sont une arme d'asphyxie massive, complexe agencement nanotechnologique de diffuseurs d'odeurs devenus-autistes. Après le choc apoplectique vient la nécessaire période d'adaptation, dans laquelle l'intelligence nasale reprend le dessus. Ne sachant s'orienter qu'au nez, elle réorganise la disposition de ses récepteurs, afin d'entreprendre la distinction des fragrances. Travail typologique s'il en est. C'est que l'on peut douter de ce que les 754.301 visiteurs payants de Documenta XII aient tous retrouvé la sortie. Encore dans l'anosmie, nous avons en vain cherché le directeur du magasin. Comment donc dresser le plan de sortie de cette monumentale et populaire gustothèque du goût bourgeois (1)? En flairant les Bürgers.

"Cependant on a dit, et on dit tous les jours des choses aussi peu fondées, et on bâtit des systèmes sur des faits incertains, dont l'examen n'a jamais été fait, et qui ne servent qu'à montrer le penchant qu'ont les hommes à vouloir trouver de la ressemblance dans les objets les plus différents, de la régularité où il ne règne que de la variété, et de l'ordre dans les choses qu'ils n'aperçoivent que confusément." (2)

C'est précisément parce que la confusion régnait dans le burg que l'on a voulu faire croire qu'il y avait une volonté d'ordre. C'est qu'on voulait se donner l'air d'une foire professionnelle et pas celui du marché aux puces. La différence? L'organisation catégorielle des travées. Le thème sanctifié de la migration des formes, n'était-ce pas assembler "les objets les plus différents" parce qu'on n'arrivait pas à les nommer? Ici, pas la migration des herbivores dans la savane, plutôt un safari. De la migration des formes au tourisme formel. L'unification bürgerienne des "objets les plus différents", c'est ce mouvement de balancier du touriste, qui ne connaît que deux lieux: chez moi, pas chez moi. Deux rapports aux objets aussi: depuis la jeep, à la jumelle, ou photographiés au téléobjectif et diffusés dans le cadre numérique sur le buffet du living. A nouveau, qu'est-ce qu'un burg? C'est une ville entourée de tours. Une tour, un mirador. Le mirador sert à observer les mouvements intérieurs et extérieurs (migrations), et à s'assurer qu'elles, les migrations, respectent bien le sens de la marche. Un troupeau de gnous enfermé dans la citadelle, mais qui tourne toujours dans le même sens (3). Mais dans les gustothèques d'aéroport, comme dans les albums de photos de voyages, comme dans les burgs du Nord et du Sud, on aime l'ordre même quand on ne "l'aperçoit que confusément": on ne mélange pas ici et là-bas, dedans et dehors, un gnou ne fornique pas avec une antilope. Dans la citadelle du bürger, migration d'accord, mais ni émigration ni immigration. Le Grand Tour des hubs d'aéroport.

“We like it best when visitors enter the exhibition and remain silent for as long as possible” (4)

"Dans ces murs voués aux merveilles, j'accueille et garde les ouvrages de la main prodigieuse de l'artiste, égale et rivale de sa pensée, l'une n'est rien sans l'autre."
"Choses rares ou choses belles, ici savamment assemblées, instruisent l'oeil à regarder comme jamais encore vues, toutes choses qui sont au monde."
"Tout homme créé sans le savoir comme il respire mais l'artiste se sent créer, son acte engage tout son être, sa peine bien-aimée le fortifie."
"Il dépend de celui qui passe que je sois tombe ou trésor, que je parle ou me taise, ceci ne tient qu'à toi, ami n'entre pas sans désir." (5)

L'erreur gothique, c'est d'avoir cantonné les Mystères sur le parvis des cathédrales. Il manque un chaînon entre le Moyen Âge et le temple culturel bürger. Après la Restauration des bons rois de France, une fois dissipée les haut-le-coeurs révolutionnaires vînt un Roi-Bürger nommé Louis-Philippe Ier, unique monarque de la famille d'Orléans. Afin de marquer l'importance de son changement de régime tout en conservant la pompe royale dissimulant derrière l'arbre du bien-vivre la forêt de ses amis spéculateurs financiers, il se trouva un art director capable de fortifier le goût "public" par une savante collection de trésors inconnus. Des pièces marquées par tout l'engagement de "l'être-artistique". Ce cürator, le baron Taylor, eut l'importante idée de faire venir jusque sur la place de la Concorde l'obélisque de Louxor. Première pratique moderniste de l'hétéropathie. Choisir un symbole "neutre" (pour les non-Egyptiens) afin d'orner le lieu du meurtre public de Louis Capet. Un symbole inappropriable pour contenter chacun. Comme Huysmans s'était trompé en laissant son Des Esseintes s'ennuyer dans son intérieur de campagne. Le Chill Out Grand Bourgeois (6), comme la rave party, se pratique en plein air ou en cathédrale climatisée. Du public! "Feel with your mind, think with your senses" (7), mais sans excès: de la Commedia dell'Arte pour un continent de toxicomanes non-fumeurs, asexuels, ne prenant plus pour seuls ecstasy que des tic-tacs-pommes-amères, hantés la nuit par leurs névroses orthorexiques, maquillant de sauce droits-de-l'animal leurs "Nostalbio Burgers", renouvelant leur abonnement à la lettre d'information de "Bürgers Sans Frontières", lisant Agamben pour qu'on leur reparle de Dieu avec un doux sourire tout en goûtant à la délicatesse d'un canapé en zébu Max Havelaar de la nouvelle gamme rustique d'Ikea, aimant philosopher sur la demi-finale de la coupe Europa, un oeil sur le plasma, l'autre humblement mi-clos vers l'Angelüs Novüs. Les Sturmtigers d'Andorre gagnent 12 à 0 contre les Sons of Saint-Paul de Karl-Marx-Stadt, sans prolongations. Pour la finale, tous vos paris en ligne sur http://www.buch-macher.eü

"I don't think in any language, I think in images." Vladimir Nabokov.

Le travail du styliste commence par l'examen, avant que de déterminer comment on passe méthodiquement des fragrances aux tendances et des arômes aux ritournelles. C'est-à-dire que le stylisme est une des disciplines de mise en discours des images, qui muettes ne sont qu'idoles. Or le styliste se sent fort nié quand au discours on lui oppose le pseudo-sensualisme. Technique de camouflage. On connaissait déjà la rhétorique asianiste, qui consiste à noyer l'absence totale de discours sous un flot d'icônes verbeuses. Mais on sous-estimait que le pseudo-sensualisme asianiste pouvait être au service d'un geste pré-benjaminien de retour à la subjugation (8). Le totem de Paul Klee photocopié et placé au centre de l'escalier de la Fridericianum est-il orienté vers La Mecque? La subjugation confine inévitablement à l'absolutisme, c'est-à-dire au pouvoir comme in-contestable, à l'autorité comme in-discutable, à la perception comme in-interprétable. La subjugation est le mode perceptuel de l'absolutisme, qui est le mode politique de l'essentialisme (9), qui est le mode ontologique de la propriété, qui est la condition de la transcendance. La propriété, la religion des éléments premiers. Comment douter que la propriété privée des moyens de production, qu'on appelle parfois le capitalisme, ne soit le mode économique du transcendantalisme, donc de l'essentialisme, donc de l'absolutisme, donc de la subjugation? Où l'on saisit l'articulation entre décadentisme et pouvoir absolu: le monde immanent n'est qu'une vile représentation de la Vérité Innommable, alors jouissons calmement de rechercher les Principes Premiers dans la décadence des choses. Et ne nous occupons surtout pas de comment elles se produisent. Dès lors on discutera entre-soi couleur de l'aura et des ailes de papillons comme alphabet du seul Logos, l'Ectoplasme du Vrai. Du spirituel dans l'art à la cüre de spiritisme.

"Les princes dans tous les conseils doivent avoir pour première vue d'examiner ce qui peut leur donner ou leur ôter l'applaudissement du public."
Louis XIV, Instructions au Dauphin.

"Les Incroyables". Voilà une oeuvre multisensorielle, politique, esthétique, corporelle, qui a échappé au mirador de Kassel tandis qu'elle eût permis de condenser deux problématiques si mal comprises dans Documenta 12: le style et le textile. Il s'agit de la première oeuvre du dénommé John Galliano, inspirée par la Révolution Française, présentée à la Saint Martins School of Arts en 1984. Qu'est-ce que la procédure Galliano? Il s'agit de saisir un thème culturel, de le mécaniser sous la forme d'un style esthétique, d'utiliser ce style afin de sélectionner un vocabulaire textile et de le cürater en volume et dans l'espace en un produit vestimentaire. Ensuite le département marketing s'occupe des produits dérivés: passage haute-couture au prêt-à-porter. Documenta 12 a réussit l'impossible: produire une version digest-kitsch de la procédure Galliano. En effet, afin de procéder-Galliano, encore faut-il savoir quelles sont les qualités d'un textile, de sa mise en volume et de son devenir-image. Le label-couturier de ces 100 jours de wunder-défilé Documenta a eu raison de mettre l'accent sur le public de sa manifestation, attendu qu'ils étaient bien les seuls à tenter de mettre un peu de méthode dans leur procession de pénitence. Pourtant l'engagement éducatif ("Educational commitment") fut à l'honneur: 7,635 visites guidées du Créationisme new age. La version US de l'intelligent design a ses musées de pionniers, opposons leurs nos musées de croisés. Quelques cathédrales du pillage. Nos bons archevêques à nous sont de la génération punks-lavallières: "God save Gandhi".

Gandhi, qui veut bien dire parfumeur en hindi.


Société Réaliste, Paris, janvier 2008.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

 

1 - Bourgeois: habitant d'un bourg, ville affranchie de la juste féodale. Au XVIIe siècle, désigne péjorativement une personne "sans goût et sans culture". Au XVIIIe siècle, personne "qui n'exerce pas de métier manuel et qui a une situation aisée". Classe intermédiaire entre les nobles et les manants. Origine étymologique: issu du germanique burg, "ville fortifiée". (source: Trésor de la Langue Française).

2- Buffon, Histoire Naturelle, Premier Discours, 1749, Pléïade, p.35

3- "To know that no one before you has seen an organ you are examining, to trace relationships that have occurred to no one before, to immerse yourself in the wondrous crystalline world of the microscope, where silence reigns, circumscribed by its own horizon, a blindingly white arena--all this is so enticing that I cannot describe it." Letter from Vladimir Nabokov to Elena Sikorski, 1945.

4- Roger M. Buergel, directeur artistique de Documenta 12, (link).

5- Inscriptions aux quatre frontons du Palais de Chaillot, Paris.

6- "The documenta 12 magazines will provide an interested public with the knowledge required to be able to move competently and therefore leisurely through the space of the exhibition." (Roger M. Buergel)

7- "Move your Mind" (SAAB's motto). SAAB was the main financial sponsor of Documenta 12.

8- "What is contemporary art? What is a contemporary public? The experience of art is always the experience of life. If we wish to redefine this relationship, we require a medium to remove us from our immediate “living context”. The aesthetic experience, which begins where meaning in the conventional sense ends, could be such a medium.“ On the poetics of documenta 12, Roger M. Buergel &Ruth Noack, extract from Documenta 12 website, section "Exhibition".

9- "What constitutes life, when everything is subtracted which does not belong essentially to life? Does art help us to penetrate to what is essential?" Extract from Documenta 12 website, section "about Documenta".